05 mai 2016

Pauvre Martin

Au bout du bout du compte, vers qui ira, ou aura été, notre admiration, la plus grande, la plus indiscutable, la plus purement vraie ?Sans doute vers, ceux, grandes âmes de l'ombre, qui n'auront fait ni vagues ni cabrioles. Ceux qui refuseraient même, s'ils le pouvaient, un hommage posthume semblable à celui rendu aux "Justes". Les coulisses habitées et l'ombre lumineuse resplendissent de l'intérieur des coeurs sains (à qui on ajouterait volontiers un "t" mérité si l'on n'avait pas peur de trop se spiritualiser).Ils font, ils sont,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2016

La Mission de Vie

Titrer "La Mission de vie", c'est déjà faire fuir une bonne partie de lectorat potentiel. Un parfum de religieux vient de passer devant les narines des plus sceptiques et faisant coller la résonance du mot mission à des schémas intégrés et solidement ancrés, ils fuient le catéchisme pressenti. Avoir une mission de vie ne semble pas une évidence pour tout le monde. Comme nous l’avons vu dans l’idée d’apprendre à vivre, cela paraît même superflu et même saugrenu à ceux qui vivent sans conscience, ceux qui vivent sans se regarder... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2016

A pleine Joie

Décliner la Joie à toutes sauces sublimantes n'aurait aucun intérêt s'il s'agissait de motiver les foules ou de vitaminer sa machine à vivre. L'énergie, l'ambition, la passion, la puissance et la philosophie ne sont pas que des mots supports à une exaltation présentable et gratifiante.La Joie ne mériterait pas une ligne si elle n'était qu'incantation, rêve ou espoir. La Joie, la vraie, ne doit sa force et sa place au firmament qu'à son statut de Résultat, de cadeau pour le dire autrement, d'un investissement antérieur. C'est ainsi... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2016

Le prix à payer

Un jour, plus tard, nous tournerons le dos à l'apparence. Le futile n'envahira plus l'espace. La vérité sera plus belle que l'illusion, et le vernis embellira la matière de son craquèlement irrégulier, rustique et moderne. On osera, enfin, dire aux imbéciles qu'ils le sont. On nommera les pathologies aux oreilles des concernés, pour les aider. Un jour, plus tard, nous ne visiterons plus les villes, de l'électronique au bout d'une perche, pour se photographier l'enveloppe. Nous ne décorerons plus les chiens sauveteurs,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2016

Une philosophie dynamique

Une philosophie figée, statique n’aurait aucun intérêt. Il s’agirait d’une doctrine établie à prendre ou à laisser. Le temps finirait par faire son œuvre et les disciples par s’ankyloser. Qui n’avance pas recule et la mousse le disputerait aux racines noueuses. Une philosophie digne de ce nom doit être remuante, souple, en mouvement. Cela n’empêchera pas le philosophe d’affirmer une opinion, de façon très assurée même. Il pourra passer pour un provocateur, surtout s’il n’a pas enveloppé son propos de moult formules de politesse,... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2016

La Puissance d'Exister

La puissance d'exister est une association de mots qui, en soi, est déjà un accélérateur d'énergie incroyable. La lire, l'écrire, l'entendre,  c'est lui donner corps et sens. On y met du ton, de la force et du ventre sans le vouloir. On y appuie sur les pleins, on s'envole sur les déliés, et le clavier se doit d'être solide s'il veut transmettre l'énergie que l'expression procure. On s'emplit de sonorités engageantes et solides, explosives et vivifiantes.La puissance d'exister, a cependant autre chose que le pouvoir des mots.... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2016

De la rage à la joie

Elles ont dû faire toutes les guerres de la vie pour être aussi fortes aujourd'hui.Elles sont belles, ou pas. L'ont été ou pas. Cela n'importe pas. Elles sont aujourd'hui, ce qu'elles sont. Elles sont. Et, ça résonne de partout, ça explose dans le champ comme chant mystique. Elles aimantent sans le voir et sans le savoir.Leurs cicatrices, visibles ou pas, leur servent de mémoire, car leur passé est passé. Il ne pèse plus.Fracassées et rayonnantes, elles sont sorties de la machine à broyer avec panache. Leur course et leurs... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2016

L'impatience de l'énergie

Ceux qui vous assènent, se croyant sages et indulgents, qu'il convient de respecter la vitesse de chacun, emploient souvent une phrase toute faite."C'est chacun son rythme", disent-ils. Force est de constater que c'est toujours le plus lent qui défend la théorie. Il veut dire par là que vous devez respecter sa vitesse à lui, que vous qualifiez, vous, de lenteur. Mais, prenons le conseil au pied de la lettre. Alors, nous pouvons lui demander à lui de respecter notre allure, qui le dépasse, si je puis dire. Seulement voilà, rien que... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 22:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2016

La spontanéité

Spontanéité. Voilà un mot qui a plus souvent bonne presse que mauvaise. Étonnant.  Commençons par dire qu'il y a deux sortes de spontanéités. Et ce n'est pas dans leur expression qu'on fait la différence, mais dans la source de leur mouvement et le résultat de leur expression. Le sens commun lui accorde une indulgence exagérée du fait qu'elle serait dénuée de calcul et de vice, qu'elle viendrait du cœur avec la sincérité et l'innocence d'un enfant. Je soupçonne pour ma part le "sens commun" d'y trouver son avantage à regarder... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2016

Les crayons de couleurs de l'intelligence

Entendons-nous bien, je n'ai pas l'intention de mourir. Ni maintenant, ni plus tard. Comme ça, c'est dit. Va falloir faire avec moi, même après vous. Pour être plus juste, j'ai surtout l'intention de ne pas mourir. La phrase est curieuse et la négation me gêne, mais, l'intention de vivre ne me servirait à rien. Je vis, c'est un fait. Oh, je sais bien ce que vous pensez, mais, je n'en ai cure. Je fais mon affaire de cette affaire. Parce que, franchement (comme on dit lorsqu'on veut appuyer son propos) si j'avais dû mourir, ce serait... [Lire la suite]
Posté par Claudio Orlando à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]