P1080015

L'attitude parle toute seule. Elle transmet les messages cachés et essentiels. Elle est la forme du fond et non le masque du vrai.
Mais qu'entend-on par attitude ? Sans adjectif associé, elle servira à chacun selon son besoin. Fort heureusement, elle voyage rarement seule, car si l'adjectif est absent, l'attitude prise à employer le mot, si j'ose dire, l'habille aussitôt et rend le propos plus clair.
Alors, elle sera bonne ou mauvaise, drôle ou zen, saine ou hostile, particulière ou générale.
Je veux, ici, maintenant, lui donner le rôle de l'onguent facilitateur et de l'outil pacificateur.
L'attitude individuelle relève de l'aptitude à être et de la posture. C'est le corps qui commence, même s'il n'est que résultat d'une pensée et d'un apprentissage choisi alimenté par le subi, acquis en tous cas, j'ose le croire. C'est le reflet d'une éducation. Mystère des mots, l'éducation élève et l'attitude transforme le "t" de terre en "l" d'aile pour me permettre par l'altitude d'emmener le lecteur vers des sommets qui excitent mon clavier plutôt dix fois qu'une.
Se concentrer en permanence sur la bonne attitude à avoir plutôt qu'à prendre afin, et je pèse mes mots, de rendre le monde meilleur, est un exercice sublimant et particulièrement réjouissant.
Je sens mon excitation m'emmener vers des chemins que je n'avais pas choisis en début d'écriture. Il me vient l'idée d'opposer la recherche d'une attitude-altitude à la vulgarité terrestre. C'est sans doute que l'Être veut s'exprimer par l'index, pointer du doigt un essentiel idéal qu'il voudrait partager.
S'il est parfois important de délaisser la manière en ne visant qu'un résultat parce qu'à la guerre comme à la guerre, il est souvent judicieux d'associer l'esthétique à la démarche. Car le beau a ce pouvoir incroyable de créer le vrai tout en étant son résultat. "Le secret de la beauté se joue dans son rapport à la vérité" nous dit Charles Pépin dans "Quand la beauté nous sauve", titre-aphorisme s'il en est.
Alors prenons de l'Attitude, élevons-nous par des déplacements fluides, des idées nobles et un langage châtié. J'ai dit châtié, n'allez pas comprendre ampoulé et précieux. Un peu de noblesse ne nuit pas, elle ensoleille. Mettons de la particule démocratique dans nos relations, de l'aristocratie horizontale et de la générosité esthétique. 
Si les mots de respect et de dignité s'invitent et poussent la porte des phrases qui se construisent, c'est qu'il doit y avoir une raison. Raison supérieure d'un altruisme miroir universel, de retour de balles lumineuses sur des courts de ciels battus.
"Donne lui tout de même à boire" disait le père d'Hugo. Attitude doublement chevaleresque. Merci. Merci pour cette éducation. Merci pour la poésie. 
Ballet des corps et de l'esprit, funambules chorégraphes et jouisseurs de mots d'esprit prennent le même fil. Tisserands d'étoiles et spaghetti animés aspirés par le divin parce qu'inspirés par lui, ils élèvent le vivant au rang d'éternité.

Décider l'élégance et la délicatesse, l'exigeance et la noblesse, c'est peindre par les épaules, crayonner par les pas, édifier par la colonne, proposer la Dignité. Choisir "l'Alttitude" est ambition d'esthète, esthétique d'ambitieux.