La vie, tous les jours, nous apporte confirmation de sa complexité. Alors, comment oser proposer des outils « simples » pour mieux la gérer ?

Nous avons tendance à confondre la vie et la société. Même si l'Homme est un animal social, il est possible d'avancer sans se confondre complètement avec son époque, son milieu ou les mouvements sociétaux. Il est possible de ne pas s'encombrer outre mesure avec des complications inutiles, même imposées par d'autres. La surinformation aidant, nous avons moult occasions de nous laisser envahir par des problèmes grossis par la loupe qui s'y attache.

Faire l'impasse sur certains nœuds n'est pas se déresponsabiliser, mais bien aller à l'essentiel. Et, pour aller à l'essentiel, nous avons besoin de simplifier.

Nous verrons, une autre fois, que simple n'est pas simpliste. C'est même l'inverse. La recherche de simplicité a besoin de la complexité pour éviter la complication. Qui dit complexité, dit réflexion et analyse. Comprendre un phénomène, c'est pouvoir s'en servir ou le déconstruire. Dans les deux cas, nous nous en serons servi. Pour le mieux, si nous avons œuvré avec méthode.

Les outils simples sont là, à disposition, depuis toujours. Se poser et les choisir, est une décision qui demande peu d'énergie et peut ouvrir de grandes perspectives.  Nous avons parlé de réflexionet d'analyse. C'est à la portée de chacun. Ce qui peut manquer, c'est la culture, la connaissance. Dans ce cas, il conviendra d'aller les chercher. Avec patience et courage, on finira par faire des points sur une évolution étonnante. Même en partant de très bas, on pourra avancer, par petits paliers, avec de petits objectifs. Le monde moderne nous offre des possibilités incroyables d'apprendre encore et encore. Et, la générosité naturelle de notre prochain saura nous aider à apprendre à pêcher, si je puis dire. Contrairement, aux idées reçues, la plupart des gens adorent rendre service.

Se servir de son intelligence apportera toujours des résultats. Cela semble une banalité, mais il est si courant de constater des comportements niant cette possibilité, soit par complexe ou fausses croyances quant à ses capacités, soit par paresse intellectuelle pure et simple, qu'il n'est pas inutile de rappeler que si tout le monde n'est pas très intelligent, tout le monde est capable d'intelligence.

L'intelligence est donc un outil, et même un outil d'acquisition d'autres outils. C'est un bijou à préserver, à activer, à entraîner, sans cesse.

Se nourrir de savoir, qu'il soit spécialisé ou généraliste, permettra de mieux appréhender les situations, de mieux juger les possibilités d'action, et d'éviter des erreurs. Encore une fois, de simplifier la vie. Une vie honnête et simple, c'est motivant quand même !

Après avoir intégré cette dimension intellectuelle des ressources disponibles, nous pourrons nous attacher à la recherche de sens. Le questionnement permanent sera un excellent moyen d'avancer. Pourquoi faire cela ? Que veulent dire telle ou telle chose, tel ou tel comportement ? Quelles seraient les conséquences de telle action ? Et beaucoup d'autres. Perpétuellement. On étiquetterait cette posture avec le mot philosophie, qu'on n'aurait pas tort.

Autre outil maître, la curiosité saura pousser à la lecture, à la recherche, à l'expérimentation, voire au voyage formant jeunesses de tout âge. Rester en éveil, s'appliquer à ne laisser, jamais, une lacune sans réponse est un exercice quotidien très gratifiant. D'abord parce qu'on acquiert une connaissance de plus, ensuite parce qu'on l'a désormais dans sa besace comme ressource supplémentaire, puis, parce qu'on a augmenté l'estime de soi en ayant fait l'effort de la recherche, et, enfin, parce qu'on se sera entraîné à rechercher.

Toutes ces attitudes ambitieuses d'améliorer sa vie, demandent de la rigueur et de la persévérance, bien sûr. Des efforts aussi, un travail de chaque instant. Mais, ce n'est pas corvée, c'est libération de s'y investir. Une vie libre et maîtrisée, décidée par soi et assumée, ça se mérite ! Alors, au boulot ! C'est tout simple, disait-on.

Innover, prendre des risques, son risque, lit-on souvent, oser l'originalité et la différence, se moquer de l'opinion des autres, donner sans compter,  creuser son propre sillon, sont autant de compagnons d'une route vers un horizon enchanteur parce qu'il sera construit de son propre labeur.

Créer, par ses mains ou sa tête permettra aussi d'aller vers l'Autre en se construisant soi-même. Il peut aussi arriver qu'en créant, on s'ouvre à l'esthétique, même si c'est possible sans sa propre création. Cette esthétique qui est l'un des trois piliers de l'homme accompli, comme nous le verrons une prochaine fois. L'art sous toutes ses formes pourvu qu'il ne soit pas de l'illusion, qu'il fasse passer des émotions ou des idées supérieures, est de la partie. Comme la beauté qui saura sauver de la pire des terreurs et des pires naufrages ; notre âme est prête à la recevoir, à nous de la voir.

Pensons à évoquer la sensualité et la noblesse d'esprit et notre boite à outils simples et lumineux commencera à prendre forme, une belle forme. En effet, comment pourrait-on avancer vers le sublime sans finesse et raffinement ? Un parcours ambitieux se doit d'être cheminé avec délicatesse et distinction, il ne s'ouvre pas au trivial et au grossier. Que ces valeurs chevaleresques et généreuses nous accompagnent toujours, et nous voilà dignes d'arpenter les sentiers de l'élévation.

L'humour sera notre huile salvatrice. J'ai dit l'humour, celui du second degré et de l'esprit, comme de la dérision. On le voudra fin et noir s'il le faut, mais jamais lourd, vulgaire ou gras. Il sera ouverture et bienveillance, pas moquerie et mépris. Il saura respecter l'individu et la langue, et saura faire preuve d'autodérision.

Sourire avec bonté et rire avec bonheur, seront les derniers, mais pas les moindres, moyens de se construire un couteau-suisse de luxe pour une vie haut-de-gamme. Ni le sourire béat, ni la rigolade ne sont de la famille, bien entendu. Pas plus les rires fabriqués en atelier de groupe, et les sourires de VRP intéressé. Laissons ricaner, nous avons de l'authenticité à offrir. Et, l'authenticité ne se mime pas, elle se travaille.

Et notre corps dans tout cela ? Notre corps a besoin d'être entraîné et ménagé. Offrons-lui n'importe quoi et il nous rendra n'importe comment. Respectons-le et il sera là, pour nous, comme allié permanent. Aussi, chacun à son niveau, il conviendra de cheminer avec lui. Il est notre monture et si nous voulons voyager loin ou bien... chacun connaît la suite de la formule. Corps et esprit ne sont même pas partenaires, ils sont un, corps-esprit. Ils font corps, si je puis dire. Alors, il faudra le respecter en l'alimentant d'un carburant sain et le sortir, le bouger pour le garder en forme, qu'il s'agisse de simples exercices ou de séances de sport. Le moment venu, il saura être là comme outil intégré.